• Stéphanie Sagaspe

Entraînement mental: comment des techniques simples améliorent les performances

Mis à jour : août 30




Si vous ne performez pas en compétition et que vous n'atteignez pas vos objectifs alors travailler avec un entraîneur mental comme Wolfgang Seidl peut vous y aider. Ce dernier explique comment l'entraînement mental aide non seulement dans le sport mais aussi à exploiter pleinement son plein potentiel.

De nombreux athlètes d'endurance ont réalisé que travailler avec un entraîneur mental peut les aider à atteindre leur performance maximale. Paula Radcliffe, qui a détenu le record du monde du marathon pendant des années avec un temps de 2:15:25 heures, a commenté le sujet:

"L'amélioration de votre force mentale sera payante - pas seulement en course, mais dans la vie elle-même."

Les légendes du biathlon telles que Ole Einar Björndalen et Emil Hegle Svendsen étaient également fermement convaincues de l'efficacité de l'entraînement mental au cours de leurs grandes carrières.

 

Même si cette prise de conscience est souvent déjà présente chez les athlètes amateurs, dans la plupart des cas, l'approche pour une mise en œuvre concrète fait défaut.


Les techniques mentales aident également dans la vie quotidienne

Bien sûr, les athlètes amateurs ne gagnent pas leur vie avec leur sport. Néanmoins, ils investissent beaucoup de temps dans l'entraînement d'endurance et de l'argent dans leur passion. Si, malgré tous leurs efforts, ils ne parviennent pas à être performant en compétition, c'est frustrant: "Des pensées négatives, des doutes ou de la nervosité mettent un rayon dans leur roue", reconnaît le coach mental Wolfgang Seidl. Des conseillers comme Seidl offrent les bonnes techniques mentales pour, précisément, ces situations de pression.

 

"Chaque athlète qui décide de commencer l'entraînement mental démarre un processus intérieur", explique Seidl.

"Il faut aussi faire face à ses faiblesses, sortir de sa zone de confort et permettre les changements." Ce n'est pas toujours facile.

On profite non seulement des connaissances acquises en compétition sportive, mais aussi dans la vie quotidienne, qu'elle soit privée ou professionnelle. Et plus particulièrement quand ça compte vraiment, quand la peur de l'échec est à son comble.


La nervosité a un effet paralysant


La nervosité paralyse littéralement. Aussi banal que cela puisse paraître, l'état d'esprit est beaucoup plus souvent responsable de performances plus faibles que d'un manque de physique ou de technique. Le doute intérieur, la peur incontrôlée de l'échec et la pression autodidacte pèsent au moins autant qu'une préparation inadéquate.

 

"Ici, beaucoup font l'erreur de ne pas traiter la cause et de renforcer leurs capacités mentales, mais veulent réussir avec encore plus d'efforts et d'entraînement. » L'expansion de l'effort est souvent même contre-productive, car la maxime qui prévaut est bien la suivante : « j'ai tellement investi, maintenant ça DOIT payer. »


La confiance en soi est la clé


Un objectif primordial de l'approche de l'entraînement mental est d'encourager l'athlète à atteindre l'état de performance idéale. C'est exactement le moment où l'athlète ressent (encore) ses actions avec une facilité agréable.

 

L'élément essentiel de ce processus est la confiance en soi, qui n'est ni une simple prédisposition ni une coïncidence arbitraire du destin.

 

Ce n'est que si un coureur de trail, un marathonien ou un freeclimber a confiance en ses capacités qu'il peut atteindre ses objectifs personnels. Seidl est convaincu par son expérience que la confiance en soi d'un athlète peut être augmentée par l'entraînement mental.

 

Dans l'entraînement mental, l'athlète apprend à entraîner consciemment sa concentration. Les concurrents "verront combien d'énergie ils auront soudainement à leur disposition lorsqu'ils regrouperont leur concentration ici et maintenant et la dirigeront dans la bonne direction", Seidl le sait grâce à ses nombreuses années de travail.


Le pouvoir de la pensée dans le sport


Ceci est biologiquement déterminé car chaque pensée déclenche des processus électrochimiques dans le cerveau et a donc une influence décisive sur les performances. Tous ceux qui ont eus des troubles psychosomatiques savent à quel point l'unité "corps et esprit" est puissante.

 

L’entraînement mental traite toujours d'un objectif concret dans toutes les phases de travail. Cela doit être développé explicitement. Seuls ceux qui connaissent leurs objectifs peuvent les atteindre. Définir les bons objectifs est beaucoup plus difficile qu'il n'y paraît à première vue. En effet, il ne s'agit en aucun cas uniquement d'objectifs de performance, mais aussi, dans un premier temps, d'objectifs de performance et d'action.

 

De plus, l'entraînement mental aide au processus de récupération et de régénération, trouvant l'équilibre entre la tension et la relaxation. Surtout dans le monde quotidien rapide et complexe d'aujourd'hui, où les gens sont constamment exposés au flot de stimuli, il est d'autant plus important de se déconnecter et d’accorder des poses de repos au corps, à l'esprit et à l'âme.  

 

L'entraînement mental joue également un rôle important dans les phases où, en raison de x ou y raisons, l'entraînement physique n'est pas possible. Un entraîneur mental aide à maintenir la concentration. Le travail mental a souvent un effet accélérateur sur le processus de guérison

 

La force mentale: ça s'apprend

"Tout le monde peut développer et étendre ses capacités mentales. Mais il faut du temps, du travail et du courage pour innover ", explique M. Seidl. L'ancien champion du monde d'échecs russe Garry Kasparov a dit un jour : "Nous ne pouvons trouver de nouveaux moyens de résoudre les problèmes qu'en cherchant de nouvelles voies et en ayant le courage de les fouler. Bien sûr, elles ne mènent pas toutes au but, mais plus nous expérimentons, plus les expériences seront réussies. Cassons nos habitudes ! Même ceux avec qui nous nous sentons vraiment à l'aise, afin de chercher de nouvelles et meilleures méthodes".


Des mots valables pour Seidl partout - que ce soit pour des défis sportifs, privés ou professionnels.


Entraînement mental : commençons


1. Prenez régulièrement soin de votre respiration. Au repos, concentrez-vous sur une respiration abdominale profonde et lente et observez les changements qui se produisent dans votre corps.
2. Prenez conscience de votre discours interne et de vos difficultés sur le plan mental pendant l'entraînement et posez-vous des questions: quelles pensées me traversent la tête en ce moment et sont-elles utiles ou dérangeantes? Quelles pensées seraient plus utiles et me soutiendraient mieux?
3. Concentrez-vous sur le processus avant l'entraînement ou la compétition au lieu du résultat

Source : Cet article est une traduction de l’article " Mental Training: How Simple Techniques Improve Performance"ISPO

Autor : Markus Unckricht

42 vues

Contact

SAGASPE​​ Stéphanie

+33 7 52 64 02 59

xperf.coaching@gmail.com​

suis-Moi sur les réseaux sociaux

  • Black Facebook Icon
  • Noir Icône Instagram
  • Black Twitter Icon
  • Black LinkedIn Icon

Tu vis en France ou à l’étranger, tu es en déplacement ?

Cela n’est plus un frein à l’accompagnement. Les moyens de communication sont aujourd’hui larges et divers c’est pourquoi X-perf Coaching te donne la possibilité de choisir le moyen de communication qui te correspond et te profite le plus :

  • Séance face à face en entretien individuel (déplacement possible selon modalités)

  • Séance Call (téléphone, WhatsApp, Viber…)

  • Séance Visio (Skype, Facetime, Messenger…)

Interventions en France comme à l'étranger en club, école ou à domicile