• Stéphanie Sagaspe

Guide vers l’excellence (1/2) : Aider les athlètes à mieux penser et agir à travers cette épreuve

Mis à jour : août 30



La crise que l’on vit actuellement à cause du coronavirus, maintenant appelé COVID-19, touche l’ensemble de la planète. Le secteur sportif est évidemment touché de plein fouet.

Le coronavirus est une épreuve pour nous tous.

Je dois vous avouer que durant ces derniers jours j’étais en réflexion sur de nombreuses choses concernant ma contribution personnelle et professionnelle face à cette crise…

Une vague de questions apparaissait chaque jour à savoir : dois-je écrire quelque chose à mes clients, ma communauté ? N’est-ce pas trop déplacé par rapport au contexte ? Est-ce que les personnes seront intéressées à lire autre chose que des informations sur l’évolution de cette pandémie ?

Et puis je me suis rappelée d’une chose. Je suis en quelque sorte revenue à l’essentiel : MA MISSION. Quelle est ma mission ? Qu’est-ce qui m’anime chaque jour ? Et pour quelles raisons je me lève avec tant d’enthousiasme tous les matins ?

La réponse a été immédiate : pour accompagner chaque athlète, chaque personne à performer, à devenir meilleur et être plus épanoui. Et cela passe bien évidemment par les soutenir et les aider à trouver des solutions face à chaque obstacle qui se met sur leur route vers la performance.

J’ai pu lire énormément d’articles ces derniers jours sur la souffrance de nombreux athlètes qui avaient du mal à accepter la situation, qui se retrouvaient livrés à eux-mêmes, parfois seul, ayant du mal à mettre du sens dans leurs objectifs, à maintenir leur motivation.


Le cycliste néerlandais Mathieu van der Poel a déclaré que la situation "devenait difficile à vivre"

"C'est très difficile. Pourquoi s'entraîne-t-on ? Même les jeux Olympiques sont en suspens !".

Alors, j’ai décidé de faire des tas de recherches en lisant des articles, d’écouter des solutions proposées par les meilleurs experts en performance et d’en résumer toutes les idées les plus riches pour aider chaque athlète à faire face à cette crise.

Dans une telle situation, et après réflexion, je suis revenue à l’essence même de mon métier et je me suis posée une autre question : Que puis-je donner comme valeur à mes clients, à ma communauté ? Evidemment , le côté mental m’est apparu comme une évidence car c’est bien-sûr dans ce domaine que je travaille au quotidien, que je me développe, que je continue de me former, c’est dans ce domaine que je détiens toute mon expertise. Avec mes connaissances en psychologie de la performance et en préparation mentale, je suis convaincue que je peux être utile et redonner à certains athlètes, découragés peut être aujourd’hui, un nouvel élan, un nouveau souffle pour demain et tout au long de cette crise. En compilant toutes les idées, les solutions des meilleurs experts dans le domaine de la psychologie de la performance alors je suis certaine que cela aidera un maximum de personnes à traverser cette crise avec plus de facilité et d’efficacité en restant positif et pro-actif.


Alors je tenais bien évidemment à te partager un maximum d’informations comme j’ai l’habitude de faire. Je vais t’apporter des stratégies que j’ai récoltées par cet énorme travail de recherche que j’ai fait pour t’apporter un maximum de valeur et de contenu.

Mais cette fois-ci, j’aimerais particulièrement que tu prennes le temps, encore plus que d’habitude pour réfléchir, à la façon dont ces informations vont pouvoir se transformer en actions dès demain, prendre le temps pour mettre en place un réel plan d’actions pour continuer de mettre de l’excellence dans ton quotidien.

Il est vrai que nous sommes dans une situation où tout est sur pause, nous sommes en attente alors prends ce temps encore plus que d’habitude pour bien lire et analyser ce qui va suivre et surtout fais-en quelque chose car il y a deux possibilités :


- Ou bien tu lis cet article passivement et tu le refermes et passe à autre chose


- Ou alors tu le décortiques, tu le lis, le relis, tu sélectionnes ce qui t’intéresse et à la fin de celui-ci, tu prends une feuille de papier et tu fixes tes objectifs, tu mets en place ton plan d’actions et tu te mets au travail.


Nous allons aborder 4 questions majeures et les décomposer autour de 2 articles. Les voici :


1. Comment aborder cette situation si unique et hors de notre contrôle? (Pause forcée due à la pandémie du coronavirus)


2. Comment gérer la déception et la frustration dues aux activités annulées? (Compétitions, entraînements, camps, etc.)


3. Qu’est-ce que les athlètes devraient faire durant cette pause forcée? Comment est-il possible de continuer à progresser malgré la crise?


4. Comment éviter de tomber dans l’inaction physique puisqu’il n’y a pas d’entraînement formel ou aucun entraînement d’équipe?


Est-ce que ce sont des questions qui t’intéressent ? Est-ce des questions que tu te poses ?


Si tu es un athlète sérieux, investi et que tu souhaites réussir, tu ne peux pas manquer ces deux articles.


Compte tenu de la situation actuelle, que la majorité des activités sont mises en veille à cause du coronavirus, tu as certainement le temps devant toi pour t’y investir à fond. Il n’y a pas d’excuses pour consulter ce cadeau que je t’offre aujourd’hui.


Allez, sans plus tarder, passons à la première partie de cet article et répondons à la première question :


1. Comment aborder cette situation si unique et hors de notre contrôle? (Pause forcée due à la pandémie du coronavirus)


Tout comme dans le sport, la vie est imprévisible et à son lot d’incertitudes. Des événements, des phénomènes peuvent malheureusement arriver, cela fait partie des choses qui sont très difficiles à prévoir, à anticiper.


STRATÉGIE N°1 : CONTRÔLER SA CONSOMMATION D’INFORMATIONS POUR NE PAS SE RAJOUTER DU STRESS


  • Se tenir au courant des faits exacts, de ce qu’il se passe, de l’évolution mais de façon mesurée pour contrôler sa consommation d’informations sinon nous pouvons céder rapidement à la panique

  • Aller chercher de l’informations pour réduire les questionnements et non pour se rajouter du stress. ATTENTION : la panique est contagieuse mais le calme est aussi contagieux alors que préfères-tu véhiculer ? Que vas-tu faire comme choix ?

  • Déconnecte-toi des médias pendant une période spécifique et ne t’inonde pas d’informations à longueur de journée, trop d’informations entraîne du stress et de l’anxiété alors déconnecte-toi. Consulte les bonnes sources de façon occasionnelle.

Yung Pueblo « lorsque le chaos est partout autour de nous, le choix le plus sage est de créer la paix en vous »


STRATÉGIE N° 2 : ÊTRE OPTIMISTE OPPORTUNISTE


Tous les athlètes sont dans la même situation alors qui va agir de façon constructive ? Seras-tu un optimiste opportuniste qui va tirer profit de la situation ou bien un pessimiste défaitiste qui va être négatif et qui se laisse abattre par la situation ?


Être optimiste opportuniste c’est se poser les bonnes questions : Comment faire en sorte que cet événement devienne une situation positive en tant qu’athlète ? Comment sortir gagnant, comment tirer profit de cette situation-là malgré les contraintes actuelles ?

Être pessimiste défaitiste c’est se poser des questions anxiogènes : et si je perds toutes mes habiletés techniques, physiques et mentales ? Pourquoi ça arrive maintenant j’étais à un super niveau en ce moment ? Qu’est ce qui va se passer si j’arrête de m’entraîner tous les jours ? Toutes ces questions ne t’apporteront que du mal être, et seront source d’anxiété, et de peur.



STRATÉGIE N°3 : VISION DE LA CRISE COMME UNE OPPORTUNITÉ


vision de la crise du COVID 19 comme une opportunité

La crise est une opportunité de s’entraîner différemment. Sois créatif, c’est peut être le moment de remettre en question ta façon de t’entraîner. Ce que je fais est-il efficace ? M’apporte-il les résultats que je souhaite ? Comment optimiser mon entraînement ? Que puis-je essayer de différent ?

Prends le temps de répondre à toutes ces questions, fais un point, dresse un bilan et mets en place un plan d’action dès maintenant.


STRATÉGIE N°4 : CONCEPT DE CONTRÔLER L’INCONTRÔLABLE


Maximiser son sentiment de contrôle : on parle du « Concept de contrôler l’incontrôlable » En effet, On dit souvent que les athlètes doivent se concentrer sur ce qu’ils contrôlent mais il faut maximiser son sentiment de contrôle. L’athlète n’a pas de contrôle sur l’explosion de la pandémie, sur les décisions des autorités mais dans ce contexte tout comme sur le terrain, tout comme dans sa discipline, l’athlète a un contrôle sur ses émotions, sur ses réactions, sur son attitude, sur son mindset, son focus, son plan d’action alors pourquoi mettre de l’énergie sur des choses où on ne peut rien faire plutôt que de mettre son énergie sur des choses où l’on peut agir dessus



STRATÉGIE N°5 : RETROUVER DES RÉFÉRENCES PASSÉES


Trouver des angles, des aspects familiers à cette situation : rechercher des références passées où l’on a déjà vécu des situations semblables que l’on a surmonté même si elles n’étaient pas à même échelle.

On a tous été contraint d’arrêter notre activité pour blessure, ou parce que nous n’avons pas été sélectionné pour telle compétition, de ne pas pouvoir nous rendre aux entraînements pour cause de verglas intense au Canada, d’incendie en Australie, de guerre en Serbie…

De repenser à cela et de voir comment nous avons trouvé des solutions, comment nous avons fait face à cela va nous donner du courage et de la force pour affronter cette nouvelle difficulté.

Retrouver ses références et notre capacité à faire face à ces situations hors normes.

Des affirmations ainsi que des questions peuvent nous aider à trouver des solutions et faire face :


« Je suis capable de gérer cette situation actuellement », « Comment je vais aborder cette situation-là qui est unique, qui est particulière mais sur laquelle j’ai quand même certaines références , expériences qui vont m’aider à surmonter ça »



STRATÉGIE N°6 : CONCEPT D'ADAPTATION


Darwin « Ce n’est pas l’espèce la plus forte ni la plus intelligente qui va survivre mais celle qui s’adapte le mieux »

S’adapter veut dire apprendre de nouvelles façons de faire, expérimenter les façons de faire dans le but d'évoluer.


Quelques "bonnes questions" à se poser  :


Comment vas-tu t’adapter, adapter ton entraînement toi qui a l’habitude de n’avoir que des entraînements encadrés, en équipe ? Comment vas-tu te démarquer de tes adversaires ? Vas-tu relâcher tous tes efforts ou au contraire vas-tu être créatif, continuer à t’entraîner et progresser ?


Nous avons traité de façon conséquente cette première question avec une multitude de stratégies pouvant être mises en place.

Passons à présent à cette nouvelle question totalement liée à la première à savoir :



2. Comment gérer la déception et la frustration dues aux activités annulées ? (Compétitions, entraînements, camps, etc.)



Cette crise amène forcément des bouleversements dans la vie de l’athlète et ces derniers sont forcément accompagnés de fortes émotions.

Comment gérer ces émotions liées à cette situation ? Plusieurs athlètes ont des compétitions annulées, des entraînements annulés, leur saison est peut être complètement arrêtée ce qui entraîne une quantité d’émotions chez les athlètes mais aussi les parents, les entraîneurs etc...


STRATÉGIE N°1 : RECONNAITRE ET ACCEPTER QUE C’EST UNE SITUATION EXCEPTIONNELLE


Il est important de reconnaître en effet que cette situation reste quelque chose de totalement exceptionnel. Il est alors impératif de prendre le temps de vivre ce sentiment de deuil qui accompagne les différentes annulations. Il faut le vivre, c’est normal que ça fasse mal et il ne faut pas s’en cacher. Seulement il faut prendre le temps de vivre cette déception-là, cette frustration là car c’est tout à fait justifier de se sentir comme cela aujourd’hui.

Message particulier aux parents : n’essayez pas de minimiser en disant « ce n’est pas grave » car si ça l’est pour vos enfants, c’est un peu la fin du monde pour certain cette probable « fin de saison, alors soyez à l’écoute, soyez présent, essayez de les amener à parler plutôt que de supprimer ces émotions-là. Elles doivent être exprimées alors pour les athlètes, appeler un coéquipier, un entraîneur, un ami, votre préparateur mental, des personnes qui peuvent vous aider à en parler et à digérer ça un peu mieux



STRATÉGIE N° 2 : METTRE EN UN PLACE UN CAHIER D’ATHLÈTE


Répertorie sur un carnet tes pensées, idées, émotions associées, mets ce que tu ressens, ce que tu vis. Il est extrêmement important de les verbaliser, de les extérioriser afin que ça ne reste pas bloqué en toi. Une émotion vient du latin« e movere » qui veut dire vers l’extérieur donc elle doit être vécue et donc être extériorisée impérativement.


STRATÉGIE N° 3 : RESSENS MAIS AGIT POSITIVEMENT FACE À CETTE ÉMOTION


Ressentir une émotion n’est pas un frein et ne montre en aucun cas une faiblesse. Le défi va venir de notre façon d’agir face à cette émotion-là et de l’interpréter. Nous savons qu’une émotion est inévitable. Elle vient du corps donc il est important de la libérer seulement une fois cette étape terminée qu’est-ce que je fais ? Comment j’agis pour que cela me soit bénéfique ? C'est là que réside tout le challenge.


STRATÉGIE N° 4 : SE REPLACER DANS UN RÔLE DE CONTRÔLE ET PRENDRE SES RESPONSABILITÉS



L’effet de surprise nous paralyse et nous laisse dans un état de déception et frustration, bref, des émotions qui sont totalement normales.

C’est ok de ressentir ça mais il est important de gérer ces émotions-là pour ne pas rester coincé dans le rôle de victime car ça t’enlève tout ton pouvoir, ça t’enlève toutes les options possibles.


Le rôle de victime se résume à : «Je ne peux rien y faire,c’est fini. » Une sorte de fatalisme.

Il est alors important de se replacer dans un rôle de contrôle et prendre ses responsabilités.


Qu’est ce qui ne dépend que de moi dans cette situation ?


La réponse est simple : il n’y a que deux choses : ton ATTITUDE et tes ACTIONS.

Alors à toi de choisir quelle attitude sera la plus bénéfique face à cette crise et quelles actions seront les plus adéquates à poser.



STRATÉGIE N°5 : GESTION DES ÉMOTIONS EN 3 ÉTAPES


1. Reconnaître et accepter l’émotion qui nous habite en la nommant: qu’est ce que je ressens ? je ressens de la frustration, de la tristesse, de la colère, de l’incompréhension etc…Si tu ne la reconnais pas , tu vas rester coincé dedans.. En anglais on dit « Label it » (« mets y une étiquette »). Le simple fait de la nommer va t’aider à la gérer


2. Se donner la permission de les vivre et de se donner un temps pour les ressentir seulement mets-toi une deadline

On a le droit de ressentir des émotions, c’est normal nous sommes humains, ça fait partie de qui on est. On vit une situation qui n’est pas facile donc c’est ok de vivre ces émotions-là mais il faut malgré tout se donner un temps limite.


Se demander alors : « jusqu’à quand je m’autorise à vivre ça ?


Nous savons que l’émotion vient du corps et ne dure que quelques secondes. Ensuite si cela perdure quelques heures alors nous basculons dans le sentiment (une émotion entretenue pas notre mental). Puis si cela traîne sur plusieurs jours alors nous sommes au stade de l’humeur qui finira par être un trait de personnalité si elle vient à s’installer dans la durée.

Donne-toi une deadline pour que ton émotion de base ne se transforme pas, au mieux en un sentiment, au pire, en un trait de personnalité ce qui serait très préjudiciable pour la suite de ta saison.


« Ok pendant 24h ou 48h je me permets d’être en colère ou découragé mais ensuite je n’ai plus le droit de ruminer ça."


Etablis une règle interne dynamisante.


3. Réfléchir aux stratégies gagnantes qui permettent d’avancer vers un état émotionnel plus avantageux. Plutôt que de rester coincé dans nos émotions, ou d’éviter nos émotions et rester dans le rôle de victime se demander :


"Qu’est-ce que je vais faire ? Quelles sont les stratégies que je vais mettre en place pour continuer d’avancer et changer mon état émotionnel ?"


Mets-toi dans l’action, quelles étapes vas-tu mettre en place, quelles actions vas-tu poser ? En étant en action, en étant en mouvement souvent, tout cela va permettre de changer notre état émotionnel donc on va pouvoir se retrouver dans un état émotionnel avantageux au lieu de rester coincé dans sa frustration.


Exemple : tu commences par faire un plan d’entraînement, tu fixes tes horaires, tu te fais un premier entraînement aujourd’hui, cela te met dans l’action, tu retrouves un certain plaisir, tu te sens fier de toi donc tranquillement tu sens que tu laisses derrière toi les émotions négatives, tu te tournes vers le fait que tu es fier de toi d’avoir fait un entraînement par toi-même.


STRATÉGIE N°6 : REVISITER SES OBJECTIFS, AJUSTER SES ATTENTES


On le sait, la fixation d’objectif est très important.

"Dans quelle direction nous voulons aller, quelle intensité je vais y mettre, quelles actions j’ai besoin de poser."


Dans cette situation particulière, il est intéressant de se poser des questions telles que :


"Pourquoi je pratique ce sport, est ce que c’est pour gagner, est-ce pour l’amour du sport, est-ce pour se développer personnellement ?"


En fonction de cette réflexion-là, on peut alors ajuster nos attentes pour les prochaines semaines, et mois à venir. Cela peut être la fin d’une saison pour certaines disciplines, voire d’une carrière et il peut alors y avoir de gros questionnements à ce moment-là. L’occasion de se faire accompagner par un préparateur mental est alors une très bonne option pour se faire épauler dans ce cheminement-là.


STRATÉGIE N°7 : AVOIR UN DOUBLE PROJET POUR TROUVER L’ÉQUILIBRE


Souvent, on pense qu’un projet sportif à haut niveau avec un projet scolaire à haut niveau est incompatible. Cependant un double projet est très souvent un moyen de trouver un certain équilibre et davantage de lucidité dans le sens où on ne joue pas toute notre vie dans un seul projet.

Les athlètes auront sans doute également un peu plus de temps, ils ne vont pas non plus être en vacances, mais ils auront un peu plus de temps car un peu moins de déplacements.


C’est pourquoi, un moyen de gérer également cette déception actuelle de ne pas pouvoir s’entraîner comme on peut le faire d’habitude est de développer un nouveau projet, un projet auquel nous n’avons généralement pas le temps de mettre en place et d’y consacrer justement de l’énergie et du temps.


Tout ceci peut contribuer à l’épanouissement de l’athlète. Pour certains, cela va être en lien avec une passion et pour d’autres en lien avec un projet éducatif, universitaire, scolaire, avec pour objectif de se former et d’acquérir de nouvelles connaissances.


"Lorsqu’on se forme, on se transforme également"

Donc tout ceci peut être salutaire pour mieux vivre la déception, continuer de s’entraîner de façon saine et pro active mais pas en ayant une trop grande déception ou amertume par rapport à ces activités annulées.

Rappelle-toi que tu n’es pas qu’un athlète. Tu es avant tout un être humain. Alors même si ton identité est énormément bâtie par ton sport et ta pratique sportive, tu n’es pas seulement un athlète, tu es aussi un étudiant, un passionné de musique, d’art, de cinéma et tu as peut-être d’autres projets qui peuvent te stimuler.



STRATÉGIE N°8 : SE RECONNECTER AVEC SON POURQUOI ET SON OBJECTIF À LONG TERME


Il est important de se reconnecter à son « pourquoi" nous faisons cela  mais aussi se reconnecter à son objectif à long terme ce qui permet de prendre conscience que la situation actuelle ne change rien à tout ça. Ex : si tu veux devenir joueur professionnel, si tu veux jouer les grands chelems, faire partie de l’équipe nationale ça ne change absolument rien à ton but ultime.


Ce qu’il faut malgré tout comprendre, c’est qu’à court terme, tu as des ajustements à faire pour assurer ton bien être et ta progression vers ton objectif majeur. Etre un bon citoyen, être solidaire montrer l’exemple et transmettre tes valeurs est tout aussi important. Et puis se rappeler que jusqu’à maintenant, rien ne t’empêche de te développer et de t’améliorer.

Il faut impérativement que tu reconnectes avec ton objectif à long terme. Ce désir, cet objectif, ce but ultime ne change pas. Il sera certainement repoussé mais rien ne change donc rien ne t’empêchera de l’atteindre.


STRATÉGIE N°9 : RELATIVISER LES CHOSES


Pour gérer ses émotions il faut dédramatiser la situation. Après tout, une pause de quelques semaines, de 3 mois, de 6 mois n’est pas la fin du monde. Ce n’est qu’une goutte d’eau dans un océan, simplement une petite pause dans une carrière qui dure plusieurs années. Pour certains athlètes, cela peut être plus dramatique car cela peut vouloir dire une fin de carrière mais pour une grande majorité des sportifs cette pause n’est rien, votre projet n’est pas terminé, il sera peut-être repoussé un peu. Votre parcours, votre cheminement sera peut-être légèrement modifié, mais tout est encore possible, c’est encore très réaliste donc il ne faut pas amplifier nos émotions.

Ton projet se poursuit même pendant cette période de crise et tu dois continuer tes efforts. Il n’y a personne qui t’empêche de continuer à faire des efforts, à t’entraîner, à rester concentré, à rester discipliné. Par contre faut-il le faire différemment ? Sommes-nous dans un contexte moins favorable ? Certainement. Alors que fait-on ? Et c’est là que cet article vient répondre à tes questions.


Voici la première partie de cette série de deux articles pour trouver des solutions et faire face de façon positive à cette crise qui nous impacte chacun.


Si cet article t’a plu et que tu penses qu’il peut aider des proches alors n’hésite pas à partager 😉


On se retrouve pour la suite de cet article en traitant 2 autres questions qui seront  :


- Qu’est-ce que les athlètes devraient faire durant cette pause forcée ? Comment est-il possible de continuer à progresser malgré la crise ?


- Comment éviter de tomber dans l’inaction physique puisqu’il n’y a pas d’entraînement formel ou aucun entraînement d’équipe ?

87 vues2 commentaires

Contacte Xperf Coaching

SAGASPE​​ Stéphanie

+33 7 52 64 02 59

xperf.coaching@gmail.com​

Suis-moi sur les réseaux sociaux

  • Black Facebook Icon
  • Noir Icône Instagram
  • Black Twitter Icon
  • Black LinkedIn Icon

Prénom *

Email *

Tel *

Message *

Tu vis en France ou à l’étranger, tu es en déplacement ?

Cela n’est plus un frein à l’accompagnement. Les moyens de communication sont aujourd’hui larges et divers c’est pourquoi X-perf Coaching te donne la possibilité de choisir le moyen de communication qui te correspond et te profite le plus :

  • Séance face à face en entretien individuel (déplacement possible selon modalités)

  • Séance Call (téléphone, WhatsApp, Viber…)

  • Séance Visio (Skype, Facetime, Messenger…)

Interventions en France comme à l'étranger en club, école ou à domicile